Prochain séminaire du CRG – 19 avril 2016

Production d’un atlas de la vulnérabilité aux aléas climatiques à l’intention des municipalités québécoises

Vous avez manqué ce séminaire ? Écoutez-le dès maintenant!

Vous êtes invités à assister au prochain séminaire du CRG, le mardi 19 avril, de 11h30 à 12h30 à la salle 1516 du Pavillon Louis-Jacques-Casault.

Aussi diffusé sur le Web. Suivez ce lien le moment venu.

image_web

Conférenciers:
Michelle Fortin, M.Sc.,
professionnelle de recherche, CRG
Francis Roy, Ph.D., professeur titulaire au Département des sciences géomatiques, chercheur régulier au CRG

L’augmentation de la fréquence d’événements climatiques extrêmes risque d’affecter la santé et la sécurité des populations. La vulnérabilité face à ces aléas peut varier en fonction des caractéristiques géographiques du territoire, des profils socio-économiques de la population et des capacités d’action des institutions publiques. L’objectif du projet de recherche est de développer un Atlas cartographique en ligne qui permettra de visualiser, par la production d’indicateurs et d’indices combinés, la distribution spatiale des vulnérabilités face à trois aléas climatiques ciblés, soit la chaleur extrême, les inondations et l’érosion des berges. L’outil s’adressera aux gestionnaires, planificateurs et autres professionnels des municipalités locales et régionales du Québec. Des retombées sont anticipées en matière (1) de sensibilisation (aider les acteurs municipaux à prendre conscience des problématiques spécifiques à leur territoire), (2) de planification territoriale (de manière à prévenir et limiter les préjudices et dommages) et, ultimement, (3) de capacité d’adaptation (en facilitant l’implantation de stratégies ajustées aux conditions spécifiques du territoire). L’ensemble du projet s’articule en trois volets : une enquête auprès des utilisateurs potentiels afin de recueillir de l’information sur la situation spécifique et les besoins des différentes municipalités et MRC, le développement d’indices de vulnérabilité et la production de l’atlas en ligne.

À propos de Michelle Fortin

Possédant un baccalauréat en génie géologique, Michelle Fortin s’est d’abord spécialisée dans le domaine de la géophysique. En 1998, elle a complété une maîtrise en sciences géomatiques à l’Université Laval, avec spécialisation en modélisation de l’incertitude spatiale et télédétection. Après avoir travaillé en Recherche et Développement pendant plusieurs années pour des compagnies privées du domaine de la géomatique et de l’ingénierie, elle est de retour à la recherche en milieu universitaire depuis plus de 4 ans. En tant que professionnelle de recherche, elle participe à des activités liées à l’enseignement ainsi qu’à plusieurs projets de recherche en géomatique et géographie. Ses principaux champs d’expertise sont la modélisation conceptuelle multi-dimensionnelle, le développement d’applications SOLAP (Spatial On-Line Analytical Processing), la modélisation de l’incertitude spatiale et gestion de la qualité des données, la télédétection optique et le traitement d’images.

À propos de Francis Roy

Francis Roy est professeur au Département des sciences géomatiques depuis septembre 2003. Il enseigne dans les domaines du cadastre, du droit foncier, de l’administration des terres, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Ses activités de recherche portent, entre autres, sur les réformes foncières et cadastrales, la propriété immobilière et le zonage, la gestion des risques de désastres naturels, et la gouvernance de l’aménagement durable du territoire. Il assume la fonction de directeur du programme de baccalauréat en sciences géomatiques depuis 2007. Il devenait membre de l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec en 1991, où il siège sur différents comités en lien avec le développement de la profession et la formation continue.

Prochain séminaire du CRG – 30 mars

Les changements climatiques, le Nord et la télédétection

Vous êtes invités à assister au prochain séminaire du CRG, le mercredi 30 mars, de 11h30 à 12h30 à la salle 1516 du Pavillon Louis-Jacques-Casault. Pour l’occasion, deux conférences vous seront présentées sous le thème des changements climatiques et de leurs impacts dans les milieux arctiques.

Aussi diffusé sur le Web. Suivez ce lien le moment venu.

Impact du changement climatique sur les écosystèmes marins arctiques: apports de la télédétection

Conférencier: Marcel Babin, Océanographe spécialisé en optique marine et télédétection des flux biogéochimiques marins. Titulaire de la Chaire d’Excellence en Recherche du Canada sur la Télédétection de la nouvelle frontière arctique du Canada, à l’Université Laval et Directeur de l’Unité Mixte Internationale Takuvik (CNRS & U Laval)

Climate change is the most pronounced in Arctic where air and seawater temperature is increasing twice faster than elsewhere. The main observed impacts on the Arctic Ocean include a decrease by 40% since 1979 in the extent of the September icepack, and an increase in freshwater water runoff which, combined with modifications in the ocean circulation, increases vertical stratification. It has been hypothesized that these and other changes will reshape the functioning of marine ecosystems and trophic interactions. While primary production may increase at the highest latitudes where the spring bloom is expected to occur ever earlier and to become more intense, it may decrease in the today productive Bering and Nordic Seas where strengthened stratification will prevent vertical mixing and favour the prevalence of deep-chlorophyll maxima under an oligotrophic surface layer. Additionally, phytoplankton fall blooms may become more common because of intensifying air-sea interactions. In this presentation, I will show a series of results recently obtained using ocean color remote sensing, that substantiate all those predictions. I will also discuss the current limitations in the use of ocean color remote sensing in Arctic to monitor phytoplankton biomass and primary production, and possible alternative approaches.

À propos du conférencier

I am an oceanographer with a strong expertise on light propagation and light-matter interactions in the ocean. My research activities cover the study of fundamental lightdriven processes in the ocean (e.g. photosynthesis, photo-oxidation), the optical characterization of various substances found in seawater, the description and understanding of the variations in ocean biomass production, the monitoring of light driven carbon fluxes and biomass production from space using ocean colour remote sensing, the development of the related remote sensing algorithms, and the modelling of light-driven processes in the ocean and ecosystem interactions. My research is achieved in the laboratory, in the field and using remote sensing technologies. Part of it is also based on theoretical calculations and modelling. While remote sensing and the related technical developments are central in my research program, my scientific objectives are motivated by fundamental questions on the impact of climate change on marine ecosystems.

Identifier et suivre les modifications du bilan du carbone des lacs et de l’océan dans l’Arctique : impacts des changements climatiques sur le cycle du carbone et le couplage entre les systèmes terrestre et océanique

Conférencier: Atsushi Matsuoka, chercheur postdoctoral, Unité mixte internationale Takuvik (CNRS-ULaval), Département de Biologie de l’Université Laval.

Les enregistrements satellites révèlent que l’étendue de la banquise arctique n’a cessé de retraiter depuis qu’ils sont disponibles (1979). Une conséquence importante pour le cycle du carbone est que la surface d’eau libre supplémentaire résultant de la fonte de la banquise devient potentiellement un puits non négligeable pour le CO2 atmosphérique. En effet, bien que son volume n’en représente qu’un maigre 1% du volume, l’océan Arctique pourrait contribuer pour 5 à 14% de la capture nette de CO2 par l’Océan global.Le réchauffement global conduit de plus à la fonte du pergélisol qui garde piégé jusqu’à présent une grande quantité de carbone (1400-1850 Pg C), soit plus de 50% de tout le carbone des sols (environ 2300 Pg C) ou encore plus du double du contenu de l’atmosphère (800 Pg C). Une quantité croissante de ce carbone nouvellement disponible devrait parvenir à l’océan via le débit des rivières et cet apport pourrait avoir une influence notable sur le cycle du carbone dans les régions océaniques côtières de l’Arctique. Le point essentiel à considérer ici est qu’une partie, qui reste à quantifier, de ce carbone organique séquestré jusqu’à présent dans le pergélisol pourrait être utilisé de nouveau par l’activité bactérienne et ainsi accélérer le retour de CO2 vers l’atmosphère. Le rôle futur de puits ou de source de CO2 atmosphérique de l’océan Arctique dans le cycle global du carbone reste incertain.

Parce qu’une portion significative du carbone organique d’origine terrestre abouti en carbone organique dissout (DOC) dans l’océan, il apparaît essentiel de pouvoir suivre son circuit à travers le système couplé terre-océan. C’est pourquoi j’ai récemment développé un algorithme semi-analytique capable de monitorer les concentrations et les flux de DOC à partir d’images satellitales. Cet algorithme est applicable aux eaux des lacs comme de l’océan. J’ai également développé un algorithme capable de suivre les eaux de rivières riches en DOC une fois dans l’océan en combinant des données provenant de différents capteurs embarqués sur les satellites d’observation. Ces outils permettent de suivre à la trace les modifications spatio-temporelles récentes du bilan de DOC dans l’Arctique, résultant des changements climatiques.
Ma présentation couvrira les points saillants de ces résultats et les prospectives de recherche qui en découlent.

À propos du conférencier

Atsushi Matsuoka a reçu en 2008 son Doctorat en océanographie satellitale et en bio-optique marine de l’Université d’Hokkaido au Japon. Il a par la suite effectué un postdoctorat au laboratoire de télédétection et bio-optique marine du Laboratoire d’Océanographie de Villefranche, Université Pierre et Marie Curie (Paris 6)/CNRS en France pendant trois ans, avant de rejoindre en 2011 pour un second postdoctorat l’Unité Mixte Internationale Takuvik à Québec, au Canada. Afin de mieux comprendre les réponses physiques et biologiques de l’environnement face aux changements climatiques, le Dr. Matsuoka a porté son attention particulièrement sur les données de télédétection provenant des régions Arctiques difficilement accessibles, qu’il a combiné et confronté le plus possible à des jeux de données in situ. Sa recherche l’amène à poursuivre dans cette voie et à combiner toujours de façon plus étroite les données satellitales aux observations de terrain afin de mieux comprendre le bilan et la dynamique du carbone organique dissout et leur implication aux échelles locale et globale.

Un programme double au prochain séminaire du CRG

Ne manquez pas le prochain séminaire du CRG, où un programme double vous attend!

Quand: lundi 7 décembre 2015, de 12h00 à 13h15
: salle 1516 du Pavillon Louis-Jacques-Casault | ou sur le Web
Entrée libre. Bienvenue à tous !

Vous avez manqué ce séminaire ? Écoutez-le dès maintenant!


À noter: une erreur s’est produite lors de l’enregistrement de la deuxième conférence, i.e. celle de M. Laurendeau. Vous pouvez télécharger sa présentation au format PDF.

Le projet ProBE – des mesures de proximité entre le corps et l’environnement pour des interventions cliniques

Geoffrey Edwards, professeur titulaire au Département des sciences géomatiques, chercheur régulier au CRG

Résumé
Les travaux de l’équipe du Dr Bradford McFadyen ont démontré récemment qu’en présence d’un traumatisme craniocérébral (TCC), on modifie le placement des pieds et du torse lorsqu’on contourne un obstacle. Ce résultat surprenant offre la possibilité de développer un outil diagnostic de traumatisme en se servant des informations spatiales, soit la proximité entre le corps et les éléments de l’environnement. Les résultats de ces recherches suggèrent que l’effet est robuste, même pour des traumatismes légers. Le projet ProBE vise à développer un outil de diagnostic de traumatisme crânien peu dispendieux pour usage dans les cliniques. Le travail de recherche qui a permis de cerner la relation entre traumatisme et obstacle s’est servi d’un système de capture de mouvement, soit un système dispendieux et complexe, peu accessible à une clinique. La compagnie canadienne XYZ Technologies commercialise des senseurs infrarouges permettant des mesures de proximité à peu de frais. Dans le projet ProBE, nous avons combiné les expertises des équipes des docteurs McFadyen (réadaptation, U. Laval), Edwards (géomatique cognitive, U. Laval), Laurendeau (génie électrique, U. Laval), Zabjek (physiothérapie, U. of Toronto) avec celles de la compagnie XYZ pour mettre au point un système “clé en main” pour les cliniques. De plus, la technologie, une fois mise au point, appuiera d’autres applications telles que la surveillance des obstacles dans le quotidien pour diverses clientèles et le développement d’interactions en réalités virtuelle et augmenté.

L’univers du 3D : de l’inspection industrielle à la simulation de chirurgie

Denis Laurendeau, professeur titulaire au Département de génie électrique et de génie informatique, titulaire de la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Creaform sur la numérisation 3D : CREATION 3D et directeur du Regroupement stratégique REPARTI du FRQ-NT

Résumé
Les technologies 3D occupent de plus en plus de place dans plusieurs secteurs d’activités. Le séminaire fera un survol des recherches en cours au Laboratoire de Vision et Systèmes Numériques sur le domaine du 3D dans divers domaines allant de l’inspection industrielle à la simulation de chirurgie en passant par les applications dans les arts de la scène et la préservation du patrimoine.

Conférence de M. Rui Zhu, candidat au Ph.D. de la Hong Kong Polytechnic University

Vous êtes invités à assister à la conférence de Monsieur Rui Zhu, candidat au doctorat à la Hong Kong Polytechnic University et actuellement en stage d’étude sous la supervision de Éric Guilbert.

Mardi le 1er décembre
12h00 à 12h45
Salle 1516 du Pavillon Casault
*en anglais

Tracking thematic and spatiotemporal dynamic behaviors of urban heat islands
Rui Zhua, Eric Guilbertb and Man Sing Wonga
a) Department of Land Surveying and Geo-Informatics, The Hong Kong Polytechnic University; b) Department of Geomatics Sciences, Laval University

Temperatures in the urban area that significantly higher than the rural area has increasingly become a more serious problem of urban development. Previously developed models to investigate the urban heat island phenomenon at fixed time instant cannot track its dynamic behavior in spatial (i.e. shape and topological variation) and thematic (i.e. temperature changing) through continuous time. To solve this problem, this study conceptualizes each urban heat island as an object that has its own dynamic behavior to trigger the state transition in the life cycle, and proposes a spatiotemporal model to track the dynamic behavior of urban heat islands both in spatial and thematic. The model is implemented in an object-relational database, and air temperatures collected from a sufficient number of weather stations are interpolated as thermal images each hour over seven days and imported into the database to extract urban heat island information. Results indicate that the model can not only track the spatial and thematic evolution of urban heat islands through continuous time effectively, but also reveal the periodical patterns and abnormal cases sensitively.

Biography
Mr. Rui Zhu is a PhD candidate registered in the department of Land Surveying and Geo-Informatics, The Hong Kong Polytechnic University, Hong Kong, China. His research is focusing on spatio-temporal data modeling for dynamic behaviors of urban heat islands. Currently, Mr. Zhu is having an exchange study supervised by Dr. Eric Guilbert at Laval University. Mr. Zhu got his M.Sc. in Royal Institution of Technology – KTH, Sweden (2013), and B.Sc. in Nanjing Normal University, China (2010).

Séminaire du CRG – Localisation et cartographie autonome en robotique mobile

Vous avez manqué ce séminaire ? Écoutez-le dès maintenant!

Vous êtes invités à assister au prochain séminaire du CRG.

Localisation et cartographie autonome en robotique mobile : vers l’automatisation des cartes 3D en forêt?

Conférencier: Philippe Giguère, professeur, Département d’informatique et de génie logiciel

Quand: lundi 9 novembre 2015, de 12h30 à 13h15
: salle 1516 du Pavillon Louis-Jacques-Casault | ou sur le Web
Entrée libre. Bienvenue à tous !

Résumé
Depuis une dizaine d’année, la robotique mobile se développe à un rythme fulgurant, permettant son utilisation dans des milieux de plus en plus challengeant. En effet, il existe maintenant des solutions permettant à des robots de naviguer des environnements non-structurés, laissant entrevoir leur utilisation en forêt. Dans cette présentation, nous nous concentrerons sur le volet perception et localisation, laissant de côté l’aspect locomotion. En particulier, nous verrons de quelle manière le problème de localisation et de cartographie simultanée, mieux connu sous son acronyme anglais SLAM (Simultaneous Localization and Mapping) peut se solutionner. Nous débuterons par présenter le cadre probabiliste de la robotique mobile moderne. Puis sera donné un bref aperçu du concept de filtrage Bayésien, suivi de l’usage des LiDARs terrestres comme modalité principale de perception en robotique mobile. Des méthodes de traitement de données de nuages de points 3D obtenues par LiDAR (ICP, extraction de caractéristiques, libraire PCL, etc.) seront donc naturellement abordées. Finalement, nous terminerons par la présentation de diverses solutions au problème de SLAM, en mettant en relief ses difficultés (comme la fermeture de boucle).

À propos du conférencier
Philippe Giguère, ing. jr (Bac. : Génie Physique U. Laval, Maîtrise : Northeastern U., Ph.D. : U. McGill) est professeur adjoint au département d’informatique et de génie logiciel de l’Université Laval depuis 2010. Il possède une douzaine d’années d’expertise en robotique et capteurs, en plus de cumuler 6 années d’expérience en entreprise privée sur des systèmes ordinés ou embarqués. Il dirige un groupe de recherche en robotique mobile et perception artificielle, au sein du laboratoire DAMAS. L’objectif principal de ses recherches vise à augmenter le degré d’autonomie de systèmes robotiques intelligents, via l’application de méthodes d’apprentissage automatique ou de fusion de données, tout particulièrement pour des systèmes opérants en milieu extérieurs difficiles (sous-marins ou terrain non-structurés). Ses projets des dernières années ont touché à la perception tactile ou de terrain, la vision numérique (2D/3D), à la localisation, au traitement de signal ou de nuage de point 3D, et à l’utilisation des lidars terrestres. Finalement, il est membre du regroupement pour les environnements intelligents FRQNT-REPARTI, du centre de recherche en données massive (big data) de l’Université Laval et du réseau canadien CRSNG de robotique de terrain (NCFRN en anglais).

Prochain séminaire – Quand la musique rencontre la géomatique !

Vous avez manqué ce séminaire ? Écoutez-le dès maintenant!
Accédez également au vidéo YouTube présenté
ou directement au prototype Web de scène virtuelle.

Vous êtes cordialement invité à assister au prochain séminaire du CRG.
Quand: mardi le 13 octobre, de 12h à 13h
Où: salle 1516, Pavillon Louis-Jacques-Casault
* Le séminaire sera également diffusé en ligne : suivez ce lien le moment venu.
Entrée libre. Bienvenue à tous !

Le design d’interaction inspiré par la cognition spatiale. Une application de simulation pour la création numérique.

Conférencier: Jean-Ambroise Vesac, candidat au doctorat sur mesure en recherche-création, design d’interaction et simulation située, sous la direction de Jocelyne Kiss (Faculté de Musique) et Sylvie Daniel (Département des sciences géomatiques).

Cette recherche-création aborde l’instrumentalisation de l’être-ensemble dans les réalités mixtes. Elle étudie et élabore la mise en œuvre d’effets d’agentivité de groupe dans l’émergence de l’expérience de l’être-ensemble numérique. Un de ses objectifs de recherche est de confirmer que l’instrumentalisation de la subjectivité de groupe dans un dispositif de simulation située permet l’implication et le prolongement de l’expérience interactive.

Dans ce séminaire, le cadre théorique de cette recherche-création et les nouvelles perspectives en émergeant seront présentés. Ce domaine en émergence est au croisement des approches de design d’interaction de groupe inspirée de la cognition spatiale, particulièrement de la proprioception, et de la composition musicale interactive et spatialisée.

Le volet création de ma thèse est une scène virtuelle, ScnVir, qui a servi de validation pratique de la théorique de l’être-ensemble numérique. Ce projet de réalité augmentée à grande échelle investie la Place d’Youville de Québec pour la transformer en une scène virtuelle. C’est un espace hybride, où l’être-ensemble numérique est une rencontre musicale interactive. Les participants recomposent le paysage sonore par leurs déplacements. Le contact des corps virtuels provoque le basculement vers un univers visuel et rythmique propre à la culture numérique underground. L’originalité de ce projet tient dans l’expérience proposée aux participants et dans l’innovation du dispositif.

scnv

À propos du conférencier
Jean-Ambroise Vesac est un artiste des arts numériques. Sa pratique touche la performance audiovisuelle, les installations immersives et interactives et la petite robotique. Il explore les frontières entre les réalités mixtes. Son travail explore l’hybridation de l’homme et des machines dans des installations immersives et interactives. Il joue sur l’équilibre entre perception et interaction pour aiguiser la curiosité, l’empathie. À l’intérieur de ses œuvres-labo, le système est centré sur l’attention du participant qui est utilisé comme un geste d’intention. De là, dans un nuage de possible, une transfiguration accompagne de devenir médiatique du moment. Sa démarche de réalisation est intuitive. Vesac use de son imagination technique pour traduire dans le langage numérique des thèmes classiques comme le paysage ou le portrait. Venant de l’Underground, l’expérimentation est sa ligne de conduite. Idéaliste, il cherche le beau à travers le chaos du monde et le prend pour vrai.

Vesac est impliqué dans le développement et la reconnaissance des arts numériques au Québec. Il collabore à de nombreux centres artistiques, notamment Perte-de-Signal à Montréal et La Chambre Blanche à Québec. Actuellement, il collabore avec l’Observatoire interdisciplinaire de création et recherché en musique (OICRM), et avec le Laboratoire de muséologie et d’ingénierie de la Culture (LAMIC) de l’Université Laval. Il est chargé de cours à Université Laval, à l’Université du Québec à Chicoutimi et à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Ses recherches sont soutenues par l’OICRM, le FRQSC, le MITACS, la SODEC.

Prochain séminaire du CRG, vendredi 22 mai

La géomatique en support aux opérations de recherche terrestre sera à l’honneur lors du prochain séminaire du CRG. Pour l’occasion, deux conférences vous seront présentées.

Quand: vendredi 22 mai, 12h30 à 14h00
: Salle 3632, Pavillon Louis-Jacques-Casault | SUR LE WEB (inscription requise)
Entrée libre. Bienvenue à tous !

Un outil géomatique pour faciliter la recherche des personnes atteintes d’Alzheimer en situation d’errance

Conférenciers: Alain Croteau, étudiant au microprogramme de 2e cycle en géomatique du Département des sciences géomatiques (ULaval) et Sergent Coordonnateur Recherche Terrestre, Sûreté du Québec
Khaled Belhassine, étudiant à la maîtrise professionnelle en géomatique appliquée, Département des sciences géomatiques (ULaval)

Résumé
La problématique de l’errance de type Alzheimer touche une vaste portion de la société. Chaque année, les policiers doivent intervenir afin de rechercher nos aînés qui se placent bien malgré eux dans des situations périlleuses. Dans le but de maximiser l’efficacité des recherches policières, nous avons développé un outil qui génère une carte des probabilités de secteurs par l’analyse de plusieurs sphères d’influence. Notre outil considère chaque intersection comme étant un nœud décisionnel. Suite à la génération de ces nœuds, l’outil ajoute ou soustrait du poids par l’analyse de 4 couches d’information. La première couche considère les faits initiaux (point de départ et élévation de ce point) et attribue un poids au nœud décisionnel en fonction de la distance de chaque nœud. La deuxième couche considère les changements d’élévation. La troisième couche considère les éléments du passé susceptibles d’influencer le comportement de l’errant. La quatrième couche est consacrée aux informations ponctuelles d’enquête. L’ensemble des analyses est présenté dans une cinquième couche qui permet au gestionnaire policier de mieux cibler son intervention.

Ce projet a été réalisé sous la supervision du professeur Mir Abolfazl Mostafavi.

La recherche terrestre avec les outils ArcGIS et Map SAR

Conférencier: Pierre Bilodeau, Directeur national d’industrie de défense et sécurité, ESRI Canada

Résumé
La technologie ArcGIS de Esri donne aux professionnels de la sécurité publique la possibilité de visualiser et d’analyser leurs informations de localisation pour prendre des décisions plus rapides et mieux éclairées. La plateforme ArcGIS vous permet aussi de configurer des cartes web interactives qui peuvent être partagées avec d’autres services d’urgence pour coordonner plus efficacement les efforts et optimiser les ressources lors de recherches terrestres. Ces applications tirent pleinement parti des fonctionnalités de cartographie, de géocodage, de géométrie, d’imagerie, de services Web et de géo-traitement de la plateforme ArcGIS de Esri.
Esri Canada collabore également avec la communauté de recherche et sauvetage pour développer des solutions SIG plus spécialisées. MapSAR est un exemple d’outils de cartographie qui a été développé sur la plateforme ArcGIS pour permettre aux équipes SAR d’agir plus rapidement en attribuant des zones de recherche et en communiquant des informations capitales au cours des opérations.

Esri Canada est fière de fournir gratuitement ses logiciels at outils visant à améliorer le soutien aux équipes SAR et aux organismes bénévoles à but non lucratif de l’ACVRS (SARVAC). Cette présentation décrira les dernières applications d’Esri pour supporter les opérations de recherche et sauvetage au sol, et inclura des démonstrations Web en ligne.

Intéressé par la modélisation 3D urbaine à partir de données LiDAR ?

Ne manquez pas le prochain séminaire du CRG durant lequel Sylvie Daniel, professeure au Département des sciences géomatiques et chercheure au CRG, ainsi que Mathieu Dupont de l’entreprise Miralupa, vous présenteront les résultats de leur plus récent projet.

Quand: jeudi 16 avril, 15h30 à 16h30
: local 1516 du Pavillon Louis-Jacques-Casault | sur le Web [Inscription requise].
Suivi d’un 5 à 7.
Entrée libre, bienvenue à tous !

Réalité augmentée dans des environnements extérieurs à grande échelle : un exemple de solution appliquée au parc du Sacré-Cœur à Charlesbourg

Les balayeurs laser (ou LiDAR) terrestres permettent d’effectuer des levés de données géospatiales 3D de larges zones en un temps très court, avec une grande précision et un niveau de détail accru. L’utilisation de tels systèmes réduit de 80 à 90% le temps passé sur le terrain à collecter des données. En contrepartie, le temps consacré aux traitements a augmenté de 200 à 300%. En effet, les nuages de points laser enregistrés fournissent une représentation complète des scènes numérisées, sans focus sur un objet particulier. Le défi associé au traitement de ces données provient donc du fait qu’il est très difficile de délimiter individuellement les différents objets au sein de la vaste quantité de points laser et d’extraire leur géométrie et éléments caractéristiques. Bien que des algorithmes numériques efficaces puissent être appliqués pour accélérer le processus de traitement, celui-ci repose très souvent sur des interventions manuelles de la part d’un opérateur humain.

L’objectif de ce projet, mené en collaboration avec l’entreprise Miralupa, est d’évaluer la faisabilité de mise en oeuvre d’une solution automatisée de modélisation 3D d’environnements à grande échelle à partir de nuages de points acquis à l’aide du LiDAR. Les modèles ainsi produits interviendront alors dans les environnements virtuels exploités par Miralupa afin de proposer au public des expériences artistiques et créatives de réalité augmentée. La méthodologie proposée ici reposera sur les concepts de point d’intérêt et de descripteurs 3D adaptés aux nuages de points issus d’un LiDAR terrestre.

À propos de Miralupa
layout_set_logoMiralupa est un studio spécialisé dans la production d’expériences et d’applications de réalité augmentée pour plateformes mobiles et pour installations temporaires ou permanentes. Cette entreprise est notamment connue pour son jeu de réalité augmentée pour appareils mobiles : Chromian Wars.

Prochain séminaire: Localisation et cartographie autonome en robotique mobile : vers l’automatisation des cartes 3D en forêt?

Attention

Ce séminaire a été reporté à une date ultérieure.

Vous êtes invités à assister au prochain séminaire du CRG, lundi le 16 mars, de 15h30 à 16h30, au local 3271 du Pavillon Louis-Jacques-Casault ou directement sur le web.

Localisation et cartographie autonome en robotique mobile : vers l’automatisation des cartes 3D en forêt?

Depuis une dizaine d’année, la robotique mobile se développe à un rythme fulgurant, permettant son utilisation dans des milieux de plus en plus challengeant. En effet, il existe maintenant des solutions permettant à des robots de naviguer des environnements non-structurés, laissant entrevoir leur utilisation en forêt. Dans cette présentation, nous nous concentrerons sur le volet perception et localisation, laissant de côté l’aspect locomotion. En particulier, nous verrons de quelle manière le problème de localisation et de cartographie simultanée, mieux connu sous son acronyme anglais SLAM (Simultaneous Localization and Mapping) peut se solutionner. Nous débuterons par présenter le cadre probabiliste de la robotique mobile moderne. Puis sera donné un bref aperçu du concept de filtrage Bayésien, suivi de l’usage des LiDARs terrestres comme modalité principale de perception en robotique mobile. Des méthodes de traitement de données de nuages de points 3D obtenues par LiDAR (ICP, extraction de caractéristiques, libraire PCL, etc.) seront donc naturellement abordées. Finalement, nous terminerons par la présentation de diverses solutions au problème de SLAM, en mettant en relief ses difficultés (comme la fermeture de boucle).

À propos du conférencier
Philippe Giguère, ing. jr (Bac. : Génie Physique U. Laval, Maîtrise : Northeastern U., Ph.D. : U. McGill) est professeur adjoint au département d’informatique et de génie logiciel de l’Université Laval depuis 2010. Il possède une douzaine d’années d’expertise en robotique et capteurs, en plus de cumuler 6 années d’expérience en entreprise privée sur des systèmes ordinés ou embarqués. Il dirige un groupe de recherche en robotique mobile et perception artificielle, au sein du laboratoire DAMAS. L’objectif principal de ses recherches vise à augmenter le degré d’autonomie de systèmes robotiques intelligents, via l’application de méthodes d’apprentissage automatique ou de fusion de données, tout particulièrement pour des systèmes opérants en milieu extérieurs difficiles (sous-marins ou terrain non-structurés). Ses projets des dernières années ont touché à la perception tactile ou de terrain, la vision numérique (2D/3D), à la localisation, au traitement de signal ou de nuage de point 3D, et à l’utilisation des lidars terrestres. Finalement, il est membre du regroupement pour les environnements intelligents FRQNT-REPARTI, du centre de recherche en données massive (big data) de l’Université Laval et du réseau canadien CRSNG de robotique de terrain (NCFRN en anglais).

Café et biscuits seront servis.

Les séminaires du CRG sont gratuits et ouverts à tous !
On vous attend en grand nombre.

À l’affiche au prochain séminaire du CRG: Les communautés intelligentes: Mythe ou Réalité ?

Vous avez manqué le séminaire ? Écoutez-le dès maintenant!

Vous êtes invités à assister au prochain séminaire du CRG, le jeudi 26 février dès 15h30. Nous recevrons pour l’occasion le professeur Sehl Mellouli, du Département des systèmes d’information organisationnels et du Centre de recherche sur les communautés intelligentes.

Les communautés intelligentes: Mythe ou Réalité ?

Les villes sont en train de transformer radicalement leurs façons de faire afin de devenir ce que nous appelons Smart Cities. Cependant, cette transformation ne peut se faire sans un support technologique adéquat. La présente conférence présentera des résultats de recherche de trois applications différentes reliées à des Smart Cities. La première est une recherche internationale sur le concept des villes intelligentes et qui a étudié les villes de Québec, Philadelphie, New York, Seattle, Mexico, Shanghai, et Macao. La deuxième est une recherche conjointe avec la Ville de Québec sur les Green Information Systems. La troisième propose une nouvelle approche intelligente de gestion des appels d’offres. Cette approche qui s’applique à n’importe quel palier de gouvernement a eu le prix du Best Experience Paper à la International Conference on Theory and Practice of Electronic Governance (2013). Finalement, la conférence présentera des directions futures de recherche sur le thème des communautés intelligentes.

À propos du conférencier
SehlMellouli6Sehl Mellouli est professeur au Département des systèmes d’information organisationnels de la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval. Il détient un Ph.d en informatique de l’Université Laval. Les recherches du professeur Mellouli portent sur le gouvernement électronique et les systèmes d’information intelligents.

Date: jeudi, 26 février
Heure: 15h30 à 16h30
Local: 1516, pavillon Louis-Jacques-Casault | ou via le Web [Inscription requise]

Un 5 à 7 suivra le séminaire.
Bienvenue à tous !
* Les séminaires du CRG sont ouverts au public.