Appel à candidatures pour un PhD en fouille de données massives géospatiales

Un poste d’étudiant au doctorat (avec financement sur 3 ans) est actuellement offert au Département des sciences géomatiques/CRG.

Dans le cadre de son projet, l’étudiant sera amené à concevoir et à développer des solutions logicielles pour le traitement et l’analyse de données massives ayant une composante spatiale. Ces solutions devront notamment s’appuyer sur les plus récentes innovations en données massives (Big Data), en intelligence artificielle (i.e. machine learning) et en fouille automatique de données.

[Tous les détails]

À quoi ressemblera la ville de demain ?

Stéphane Roche sera parmi les panelistes à l’activité Demain la ville, présentée au Musée de la civilisation le 13 mai prochain dans le cadre du #24hdeScience.

demain




Dans quelle ville vivrons-nous demain? Comment résoudrons-nous les problèmes de congestion automobile, de pollution, de mixité sociale? La ville continuera-t-elle de grignoter les milieux naturels et les terres agricoles? Quelles solutions peuvent apporter les données massives et la ville intelligente? Les bâtiments produiront-ils de l’électricité? Les autobus auront-ils encore un chauffeur? Et, plus largement, comment le design des bâtiments et de la trame urbaine et les nouveaux modes de transports transformeront-ils la ville et la vie des urbains? Pour répondre à ces questions, quatre panélistes en architecture, urbanisme, transport et ville intelligente échangeront. 

Animée par Valérie Levée, communicatrice scientifique

Invités :

  • Stéphane Roche, professeur de sciences géomatiques, vice-doyen à la recherche à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, Université Laval, mène des recherches sur la ville intelligente
  • Serge Filion, urbaniste, qui a passé 28 ans au service de la Ville de Québec, ancien président de l’Ordre des urbanistes et Fellow de l’Institut canadien des urbanistes
  • Normand Hudon, architecte principal senior chez Coarchitecture
  • Alexandre Turgeon, directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l’environnement – région de la Capitale nationale

L’événement 24 heures de science est une présentation de Science pour tous.

[Tous les détails]

Vers de nouveaux environnements piétons intelligents pour l’aide à la mobilité

borne_webL’équipe du chercheur Mir Abolfazl Mostafavi et l’entreprise KALITEC unissent leur force, dans le cadre d’un projet CRSNG-SEP, pour mettre au point un nouvel ensemble technologique d’aide à la mobilité des personnes ayant des incapacités physiques.

Cet ensemble, installé en bordure de trottoir, permettra de collecter l’information d’état et d’accessibilité de la chaussée, de modéliser et calculer un indice d’accessibilité et de transmettre cette information en temps réel à un utilisateur se déplaçant à proximité.

[En savoir plus]

Le CRG accueillera 3 étudiants de 1er cycle pour un stage en recherche à l’été 2017

Nous sommes heureux d’accueillir, à l’été, 3 étudiants de 1er cycle dans le cadre d’un stage de recherche financé par le CRSNG.

Michaël Racine, étudiant de 3e année en sciences géomatiques, participera à l’amélioration de la technologie LiDAR mobile pour la modélisation 3D précise et la surveillance de la convergence des tunnels miniers. Superviseurs: Christian Larouche et Mir Mostafavi. [résumé du projet]

Daniel Déry, étudiant de 1ereannée en génie géomatique, travaillera à la conception et à l’élaboration d’un banc test de technologies big data géospatiales. Superviseur: Thierry Badard. [résumé du projet]

Simon Turcotte, étudiant de 3e année en géographie, sera responsable de la mise à jour de cartes d’îlots de chaleur urbain. Superviseur: Éric Guilbert. [résumé du projet]

Marc Gervais obtient une subvention pour étudier l’impact des données cadastrales sur les citoyens

Toutes nos félicitations à Marc Gervais qui a obtenu une subvention du Conseil de Recherches en Sciences Humaines (CRSH) – programme Savoir. D’une durée de 5 ans, cette subvention lui permettra d’étudier en profondeur les impacts des données cadastrales sur les citoyens.

Résumé du projet
Le cadastre québécois assure le lien entre le registre foncier et le bien-fonds, c’est d’ailleurs sa mission première. Depuis 1994, le cadastre québécois fait l’objet d’une réforme qui consiste à immatriculer quelque 3,5 millions de lots, ce qui représente une tâche colossale qui coûtera à terme environ 1,2 milliards de dollars.
Le constat actuel est à l’effet que le plan cadastral du Québec comporte des incertitudes importantes et des défaillances au plan de la qualité, défaillances soulevées notamment au sein d’un rapport produit par le Vérificateur général du Québec. Une étude récente conclut, qu’à ce jour, nous ignorons encore complétement le nombre de lots représentés au cadastre du Québec qui sont affectés par une représentation cadastrale inexacte.

Les défaillances potentielles du plan cadastral du Québec peuvent avoir un impact considérable sur les citoyens. Les représentations cadastrales erronées risquent d’encourir des frais importants pour le citoyen désirant modifier le plan cadastral afin d’avoir une représentation cadastrale conforme à son titre de propriété et à l’exercice de son droit de propriété. S’il est démontré qu’il existe un pourcentage élevé de représentations cadastrales erronées, les enjeux financiers risquent d’être énormes.

La recherche proposée consiste à évaluer la qualité globale du plan du cadastre du Québec (notamment en procédant à des observations sur le terrain et en consultant des utilisateurs du cadastre), à mesurer les risques encourus par son utilisation et à évaluer le coût économique de réparation qui en découle potentiellement pour les citoyens. Le cadastre du Québec a vocation à être polyvalent, c’est-à-dire qu’il doit pouvoir être superposé à d’autres cartes thématiques (limites des régions administratives, limites des circonscriptions électorales et des municipalités, topographie, évaluation foncière, réseaux de services publics, etc.). Dans le contexte du développement des villes intelligentes où l’objectif consiste notamment à mettre à la disposition des citoyens un maximum de données numériques, il est nécessaire de s’interroger sur les impacts de diffuser des données numériques dont la qualité peut être déficiente. Les défaillances potentielles du plan cadastral du Québec peuvent induire en erreur les citoyens.

Présentation des travaux d’étudiants à la maîrise

Trois candidats à la maîtrise du CRG présenteront les résultats de leurs travaux de recherche le 21 avril prochain, à la salle 1516 du Pavillon Louis-Jacques-Casault.

Ces présentations seront suivies, en après-midi, par deux présentations de projets d’intervention, réalisés par des étudiants à la maîtrise professionnelle en sciences géomatiques.

L’activité est gratuite et ouverte à tous !

Présentations d’étudiants à la maîtrise de recherche

9h30 - Mesure des marées et des vagues à l‘aide d’une bouée GNSS

Étudiant: Benoît Crépeau-Gendron
Directeur: Rock Santerre
Codirecteur: Nicolas Seube

Ce projet en collaboration avec le CIDCO de Rimouski, porte sur la mesure des marées et des vagues à l’aide d’une bouée GNSS. En l’occurrence, une bouée bathymétrique HydroBall développée par le CIDCO a été adaptée pour le projet. Des modifications comme la stabilisation de l’antenne, la reconfiguration des composantes électroniques et l’augmentation de son autonomie y ont été apportées dans le but d’améliorer la qualité des mesures GNSS et de permettre l’acquisition de données sur une période de plus d’un mois. D’une part les observations faites à la marina de Rimouski sur une période de 35 jours ont été comparées à celles du marégraphe de Rimouski à proximité et sont discutées. D’autre part, les expérimentations effectuées au Laboratoire Hydraulique Environnemental de l’INRS pouvant générer des vagues de diverses amplitudes et périodes seront aussi présentées. Les résultats, prometteurs, mettent l’accent sur la possibilité d’effectuer la mesure des marées et des vagues en mode absolu GNSS.

10h15 - Évaluation de la prise en compte des bonnes pratiques de développement durable par les arpenteurs-géomètres

Étudiante: Arabelle Dada-Amos
Directeur: Marc Gervais

L’objectif de développement durable n°11 est de bâtir des villes durables. Par ailleurs, l’arpenteur-géomètre est un acteur important de l’aménagement du territoire. Au vu de son rôle, il devrait être un acteur actif qui pose des actions concrètes de développement durable dans ses activités professionnelles. Ces dernières sont entre autres, les plans de lotissement, les implantations ou encore les certificats de localisations. Cependant, est-ce bien le cas ? Pour y répondre, nous avons effectué un sondage pour évaluer la prise en compte des principes de développement durable auprès des arpenteurs-géomètres du Québec. Nous souhaitons présenter les résultats de cette étude qui a permis de sensibiliser les arpenteurs-géomètres sur leurs possibilités d’interventions afin de contribuer de manière plus substantielle au développement durable.

11h00 - Développement d’une nouvelle méthode de calibrage des Systèmes LiDAR Mobiles (SLM) en laboratoire

Étudiant: Michaël Landry
Directeur: Christian Larouche
Codirecteur: Marc Cocard

Le calibrage d’un Système LiDAR Mobile (SLM) implique la détermination des bras de levier (lever arms) et des angles de visée (boresight angles) entre le scanner LiDAR et l’IMU. Comme il est impossible de déterminer avec suffisamment de précision les angles de visée manuellement, une procédure de collecte de données géoréférencées sur un site bien adapté (in situ) était jusque-là préconisée. La limite de cette procédure est l’inclusion des positions observées par le récepteur GNSS qui sont affectées d’erreurs altérant la précision du calibrage et sa répétabilité. Le but de ce travail de recherche est de mettre en place une procédure de cueillette et de traitement des données de calibrage acquises en laboratoire (in lab) qui est libre d’erreurs de positionnement GNSS. Cette nouvelle méthode de calibrage permet d’estimer les angles de visée et les bras de levier d’un SLM à partir des instruments et des infrastructures disponibles au Laboratoire de métrologie de l’Université Laval.

 

Présentations d’étudiants à la maîtrise professionnelle

15h00 - Développement d’un vêtement d’orientation spatiale pour appuyer l’identification d’endroits accessibles pour la personne avec des limitations fonctionnelles de mobilité

Étudiant: Noureddine Laarabat
Superviseur : Thierry Badard

Le projet de géo-accessibilité consiste à réaliser un outil cartographique Web permettant de localiser les lieux accessibles pour les personnes handicapées et à mobilité réduite dans la ville de Québec. En localisant ces lieux, il sera possible pour ces personnes de connaître les endroits accessibles ce qui facilite leur déplacement dans la ville.

16h00 - Application à l’échelle du Québec du modèle géospatial de prédisposition des rivières aux embâcles

Étudiante: Fatou Sene
Superviseur : Jacynthe Pouliot

Dans le cadre de la prévention des inondations consécutives à la formation d’embâcles de glace, un modèle géospatial a été élaboré au sein de l’INRS-ETE. Le modèle est basé sur les paramètres géomorphologiques et permet de localiser les endroits de la rivière qui sont propices à la formation d’embâcles. La détermination des paramètres du modèle a nécessité l’utilisation des logiciels ArcGIS, FME et des scripts python. L’historique des embâcles du ministère de la sécurité publique a servi de référence pour la détermination du nombre d’embâcle sur les bassins versants du Québec et la sélection des rivières qui sont étudiées dans ce projet.

Félicitations à Paulo Tabarro pour l’obtention d’une bourse Mitacs Accélération

Toutes nos félicitations à Paulo Tabarro, candidat à la maîtrise sous la supervision de Jacynthe Pouliot , qui a récemment obtenu une bourse Mitacs Accélération pour mener à bien un projet avec l’entreprise Geovoxel.

georadarLe but du projet est d’améliorer le processus d’acquisition par géoradar et l’intégration des données spatiales acquises en proposant de nouvelles fonctionnalités SIG sur plateformes mobiles (téléphones intelligents et tablettes).

Pour une description complète du projet, visitez la page suivante.

Nouvelle date pour la formation Unity

Étant donné la popularité de notre dernier atelier de formation sur la réalité augmentée et le logiciel Unity 3D, nous l’offrirons à nouveau le vendredi 5 mai 2017.

Le logiciel Unity est un moteur de jeux vidéo 3D principalement utilisé pour créer des jeux vidéo en 2D ou 3D. Il est de plus en plus utilisé pour des applications d’urbanisme, de visites virtuelles, de réalité augmentée et toute autre utilisation faisant appel à un environnement 3D issu de la réalité.

Le principal objectif de la formation est de permettre aux participants de prendre en main les fonctions de base du logiciel et de découvrir le potentiel de l’utilisation de la puissance d’un moteur de jeux vidéo pour des applications de réalité augmentée.

La formation se déroulera le vendredi 5 mai 2017, de 9h00 à 17h, à la salle 1522 du Pavillon Louis-Jacques-Casault de l’Université Laval.

*Cette formation est ouverte à tous.

Les villes intelligentes sont-elles des villes inclusives ?

Le 26 avril prochain, le CIRRIS présente un séminaire sur les villes intelligentes. On y discutera des défis de la ville intelligente, en lien avec la prise en compte de la diversité fonctionnelle et de la participation citoyenne des personnes ayant des incapacités.

Deux chercheurs du CRG seront parmi les conférenciers: Stéphane Roche et Geoffrey Edwards.

Ouvert à tous / gratuit / inscription requise
[Tous les détails]