Jeu de cartes – une exposition à ne pas manquer au Musée maritime de Charlevoix

Cet été, remontez le temps et le fleuve Saint-Laurent au Musée maritime de Charlevoix avec l’exposition temporaire Jeu de cartes – Cinq siècles d’hydrographie.

expotemp3« L’exposition relate cinq siècles d’hydrographie et de la Nouvelle-France au Québec 2.0. Des cartes, tantôt papier, tantôt numériques, montrent le majestueux Saint-Laurent sous un jour inédit. Entre boussole, astrolabe, sextant et autres instruments de navigation et de levés hydrographiques de diverses époques, les visiteurs sont invités à remonter le Saint-Laurent de Tadoussac à Québec pour découvrir la vaste expertise québécoise dans le domaine maritime ».

Cette exposition a été développée par plusieurs membres du Centre de recherche en géomatique et du Département des sciences géomatiques (R. Santerre, S. Larrivée, B. Duinat, M. Cocard, G. Montreuil), en collaboration avec des membres de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et de la Bibliothèque de l’Université Laval.

Pour plus d’information : http://www.museemaritime.com/expositions/expositions-temporaires/

Un vif succès pour le colloque du CRG !

Rassemblant plus de 130 personnes, le colloque du CRG qui s’est tenu le 13 juin dernier, à l’Université Laval a été un grand succès ! La provenance diversifiée des participants, tant en termes de milieux (universitaire, industriel et gouvernemental) que de secteurs d’activités (technologies, santé, transports, maritime, assurances, finances, défense et sécurité, sports et loisirs, agriculture, ressources naturelles) a permis des échanges riches autour des thèmes abordés tout au long de la journée. Les conférences et affiches étudiantes ont offert un large panorama des activités de recherche qui sont menées au Centre et ont permis un réseautage intense. Le panel de discussion clôturant l’événement a mis en exergue la convergence forte entre les domaines des données massives, de l’intelligence artificielle, des objets connectés et celui des technologies géospatiales. La région de Québec et l’Université ont de forts atouts dans ces domaines. Le colloque fut également l’occasion de souligner le don exceptionnel de JLR Solutions foncières à l’Université Laval, par une cérémonie officielle lors du diner.

Finalement, les participants ont appris, en grande primeur, que le CRG allait dorénavant porter le nom de Centre de recherche en données et intelligence géospatiales (CRDIG). Un nouveau visuel et un nouveau site web seront dévoilés à la rentrée. Restez à l’affût et au plaisir de vous accueillir à l’Université pour la prochaine édition du colloque.

Le colloque en images !

Présentation du chercheur Pierre Valty, de l’IGN, le 30 mai prochain

Le 30 mai prochain, le Département des sciences géomatiques et le Centre de recherche en géomatique accueilleront Pierre Valty, ingénieur en géodésie à l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN).
La présentation aura lieu au local 1516 du Pavillon L.-J.-Casault, de 11h à 12h.

Titre: Mesure des déformations de la Terre et quelques implications

Résumé : Les techniques géodésiques, telles que les GNSS, mais aussi la gravimétrie par satellite, fournissent des séries temporelles de plus en plus longues, et des observations indépendantes, précises et continues. Par nature, ces mesures géodésiques sont intégratives et les différentes contributions géophysiques se retrouvent superposées à des systématismes et à un bruit de mesure. Nous présenterons d’abord les grandes lignes des méthodes de positionnement GNSS qui permettent d’obtenir des séries temporelles de coordonnées suffisamment précises pour qu’on puisse y identifier différentes contributions géophysiques. Nous nous intéresserons ensuite à certaines de ces contributions et à leurs implications, comme par exemple les mouvements verticaux séculaires, les effets co et post-sismiques ou encore déplacements annuels et inter-annuels, et aux méthodes qui permettent de les isoler les unes des autres. Nous montrerons, par comparaison avec les déplacements théoriques induits par les variations de pesanteur mesurées par satellite, que les mouvements annuels et inter-annuels sont principalement associés aux redistributions de masse d’eau. Pour finir, quelques applications plus exotiques des mesures géodésiques seront présentées.

Bienvenue à tous!

On analyse GeoMet, le service web géospatial du Service météorologique du Canada, lors du prochain Lunch and Learn du CRG

Ne manquez pas le prochain Lunch and Learn du CRG où M. Louis-Philippe Rousseau-Lambert, d’Environnement Canada, nous présentera GeoMet, le service web géospatial du Service météorologique du Canada.

29 mai, 11h30 à 12h30
Salle 2306, Pavillon Louis-Jacques-Casault
Ouvert à tous | Apportez votre lunch !

GeoMet du Service météorologique du Canada (SMC) – Un accès ouvert aux données météorologiques canadiennes par le biais de services web géospatiaux

Résumé
GeoMet donne accès aux données du SMC d’Environnement et Changement climatique Canada, notamment les données brutes de modèles de prévision numérique du temps et de la mosaïque des radars météo, par le biais de standards de l’Open Geospatial Consortium (OGC). Les couches météorologiques sont notamment servies par le biais du standard Web Map Service (WMS) afin de permettre aux utilisateurs d’afficher les données météorologiques dans leurs propres outils, sur des cartes interactives en ligne et dans les applications mobiles. La présentation montrera plus en détail les dessous des services web GeoMet, les différents problèmes logistiques auxquels ont dû faire face les développeurs et les solutions trouvées en plus de montrer plusieurs exemples d’utilisations et d’applications de GeoMet.

À propos du conférencier
Louis-Philippe Rousseau-Lambert a une formation de premier cycle universitaire en géomatique appliquée à l’environnement de l’Université de Sherbrooke. Il travaille comme géomaticien chez Environnement et Changement climatique Canada (ECCC), au sein du Service Météorologique du Canada (SMC) depuis un peu plus de 2 ans. Chez ECCC il a majoritairement travaillé à développer la deuxième version des populaires services web géospatiaux GeoMet et à la création ainsi qu’à la dissémination des métadonnées des différents modèles météorologiques du SMC.

Réunion de l’équipe de recherche en LiDAR mobile du CRG

Le 11 mai 2018, l’équipe de recherche en LiDAR mobile du CRG s’est réunie afin de faire le point sur l’avancement des différents travaux de recherche. Des chercheurs de la Haute école d’ingénierie et de gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD) se sont joints à la rencontre engendrant ainsi de belles discussions sur les pratiques ayant cours en Suisse et au Québec.

Vous pouvez télécharger le résumé de la rencontre.

Venez expérimenter la réalité augmentée lors du prochain Lunch & Learn !

Les projets du Centre en imagerie numérique et médias interactifs (CIMMI) seront en vedette lors de notre prochain Lunch & Learn, le mardi 15 mai de 11h30 à 12h30.

Soyez des nôtres et venez expérimenter la réalité augmentée et virtuelle avec l’HoloLens et l’Oculus Rift.

Entrée libre, ouvert à tous !

Le CIMMI, un centre d’innovation au service des entreprises

Résumé
CIMMILe CIMMI est un centre collégial de transfert de technologie (CCTT) fondé en 2008 et il est lié au Cégep de Ste-Foy. Grâce à lui, les entreprises ont accès à plusieurs programmes de financement avantageux pour réaliser leurs projets de recherche et de développement. Il constitue une source d’innovation en imagerie numérique et médias interactifs et il est un partenaire consacré au soutien de l’entrepreneuriat technologique. M. Thomas présentera quelques projets phares du CIMMI en mettant l’accent sur l’aspect géomatique de ceux-ci.

À propos du conférencier
Vincent Thomas est un ingénieur en géomatique œuvrant au CIMMI. Il réalise des projets en mettant en pratique ses connaissances en 3D, en géomatique et en programmation dans Unity, et ce, pour des compagnies ayant des champs d’expertise variés. Auparavant, il a travaillé plusieurs années en consultation, surtout pour des organisations de l’Ouest canadien. M. Thomas possède un baccalauréat en génie géomatique ainsi qu’une maîtrise en sciences géomatiques de l’Université Laval.

Assistez au Colloque 2018 du CRG !

infolettre_header

Le Big data, le Blockchain et l’Intelligence Artificielle vous questionnent ? Comment se positionnent les technologies géospatiales dans la science des données ? Quelles sont les dernières tendances et avancées scientifiques et technologiques dans le domaine ? Quelles en sont les applications ?

Assistez au Colloque du Centre de recherche en géomatique, le 13 juin prochain à l’Université Laval.

Réservez dès maintenant la date à votre agenda !

Détails et modalités d’inscription à venir très bientôt.

Assistez à la présentation de projets de maîtrise

Venez découvrir les projets de recherche d’étudiants de maîtrise en géomatique, dans le cadre de leur présentation de mémoire ou de projet d’intervention (maîtrise professionnelle).

Quand: Vendredis 13 et 20 avril 2018
Où: salle 3271, pavillon Louis-Jacques-Casault

Entrée libre
Bienvenue à toutes et à tous !

Vendredi 13 avril

8h30 – Vers une plateforme cartographique web 2D/3D-dynamique pour la participation citoyenne

Étudiant: Frédérick Lafrance
Directrice: Sylvie Daniel | codirecteur: Sehl Mellouli
Maîtrise avec mémoire


Résumé

Les globes virtuels Web peuvent faciliter la communication entre les planificateurs urbains et les citoyens. Des études récentes ont montré qu’une représentation 3D plutôt que 2D peut être plus efficace en termes de communication de l’information. Cependant, une telle visualisation présente plusieurs défis relatifs, par exemple, au niveau de détail, au réalisme. Aussi, la compréhension qu’ont les citoyens de l’impact des choix proposés lors de la planification urbaine pourrait être améliorée en exploitant des simulations spatiotemporelles. Cependant, la 4D (3D + temps) a rarement été appliquée aux plateformes de participation citoyenne. Par conséquent, l’objectif principal de cette recherche est d’élaborer une plateforme cartographique combinant des visualisations multidimensionnelles Web (2D, 3D, 4D) de manière efficace et intuitive, afin que les citoyens puissent mieux évaluer et comprendre les enjeux de la consultation. Les objectifs spécifiques visent à mieux comprendre les contributions de chaque dimensionnalité de visualisation, de déterminer un mécanisme de simulation spatiotemporelle adapté au contexte et de valider les propositions conceptuelles de la solution cartographique proposée. Nous expliquerons lors de la présentation du mémoire comment ces objectifs ont été atteints. Nous présenterons également le prototype élaboré à cet effet et les résultats obtenus lors de son évaluation par un groupe d’utilisateurs.

9h15 – Cartographie des sonorités environnementales d’un territoire

Étudiante: Ameni Dhib
Directeur: Alain Viau | Codirecteur: Frédéric Hubert
Maîtrise avec mémoire


Résumé

Sur un territoire, plusieurs sources sonores émettent plusieurs types de sons qui peuvent être : a) d’origines anthropophoniques comme le bruit des véhicules et des moyens de transport, b) biophoniques tels que les sons émis par la faune (oiseaux, grenouilles, …), ainsi que c) géophoniques comme le vent ou la pluie. Tout ceci permet de décrire un paysage sonore des lieux tout en alimentant des besoins particuliers propres à la cartographie de l’environnement sonore. Ces besoins sont les propriétés acoustiques de l’environnement, nécessaires à la compréhension de la réaction du territoire selon les sources sonores et dans les effets de propagation. Au-delà des travaux de recherches qui étudient, analysent et documentent les propriétés acoustiques de l’environnement, l’état de l’existant se concentre sur principalement deux types de cartes sonores : les cartes d’inventaire de sons et les cartes de bruit. Deux approches méthodologiques sont à l’origine de la production de ces cartes. La première approche est basée sur des enregistrements et captations sonores mesurées et géoréférencées sur le territoire à l’aide d’enregistreurs et sonomètres, ou encore d’applications installées sur des tablettes numériques/téléphones intelligents. La deuxième approche est celle qui fait plutôt référence à la modélisation des propriétés de propagation de l’onde acoustique en lien avec les différents objets présents sur le territoire (ex. bâtiments, arbres, objets divers, etc.). Bien que cette deuxième approche considère les différents facteurs environnementaux qui peuvent affaiblir l’onde acoustique tels que les conditions météorologiques (le vent, la température, l’humidité relative de l’aire), la divergence géométrique, l’absorption atmosphérique et la nature de la couverture de sols, on constate qu’elle est peu documentée dans la littérature, lorsqu’aucun capteur de son n’est considéré pour produire des cartes sonores. De plus, nous considérons que les données et outils géomatiques sont encore sous exploités pour la création de telles cartes.

L’objectif principal est donc de définir une méthode générique de calcul et de modélisation de la propagation acoustique d’un territoire à l’aide des données géospatiales multi-sources. Ainsi à l’aide des outils géomatiques, il est possible de représenter l’interaction qui existe entre l’onde sonore et les propriétés acoustiques d’un territoire et les différents objets environnementaux qui le compose. Il est alors possible à partir d’une source sonore et des points récepteurs du son de réaliser des cartes dites spatio-phoniques.

10h00 – Identification et cartographie des zones susceptibles aux glissements pelliculaires dans le parc national de la Jacques-Cartier

Étudiant: Marc Isabel
Conseiller: Martin Béland
Maîtrise professionnelle


Résumé

Le parc national de la Jacques-Cartier, sous la responsabilité de la Sépaq, subit de façon continue des glissements pelliculaires menaçant les infrastructures et les sentiers pédestres. Afin d’assurer la sécurité des randonneurs et des investissements en infrastructures prévus, il est nécessaire d’identifier les zones susceptibles aux glissements. Le projet à consister à cartographier ces zones à l’aide de méthodes indirectes : une heuristique et l’autre statistique, «weight-of-evidence». Pour aider la planification des futures infrastructures, la cartographie des zones pouvant être impactées par les glissements a été effectuée grâce à un modèle cinétique simple.

Vendredi 20 avril

9h15 – Le rapport d’expertise sans témoignage : appréciation de la pratique professionnelle des arpenteurs-géomètres au regard des standards du nouveau Code de procédure civile

Étudiante: Véronique Racine
Directeur: Marc Gervais | codirectrice: Jacynthe Pouliot
Maîtrise avec mémoire


Résumé

Depuis janvier 2016, le nouveau C.p.c. a été adopté et certaines modifications auront des impacts sur la pratique des experts. Désormais, « le rapport de l’expert tient lieu de son témoignage » (art. 293 C.p.c). Ainsi, les experts ne seront plus toujours en mesure d’apporter en Cour des précisions orales pour motiver leur opinion professionnelle. L’objectif visé par cette recherche est de contribuer à une plus grande force probante des expertises de bornage réalisées par les arpenteurs-géomètres en effectuant une analyse comparative entre les nouvelles attentes des tribunaux et la pratique actuelle des arpenteurs-géomètres, évaluée via un sondage. L’extrant principal de la recherche est une liste de critères ou de qualités favorisant une plus grande force probante d’un rapport de bornage. De plus, cette recherche vise à établir un bilan de la pratique actuelle des expertises de bornage par les arpenteurs-géomètres et à en identifier les principales lacunes.

10h00 – Exploration du potentiel d’un algorithme du filtre morphologique progressive pour l’amélioration de l’extraction de la classe sol des données lidar aéroportés

Étudiant: Hicham El Hachemi
Conseiller: Stéphane Roche
Maîtrise professionnelle


Résumé

Les progrès récents dans la technologie du LiDAR « Light Detection and Ranging » permettent des mesures rapides, précises et peu coûteuses de la surface topographique d’un vaste territoire. Cette technologie est en train de devenir une des principales méthodes pour générer des modèles numériques de terrain à haute résolution pour diverses applications. Afin de générer un MNT, les mesures à partir de structure hors sol telles que les ponts et les viaducs doivent être classées et supprimées. Cependant, les méthodes existantes pour effectuer de telles opérations sont limitées et peu efficaces. Ce projet d’intervention vise à explorer le potentiel d’un filtre morphologique progressif pour l’amélioration de l’extraction de la classe sol à partir de données LiDAR aéroportées. L’altitude des structures comme les ponts et les viaducs est généralement plus élevée que celle des points au sol environnants. Par conséquent, la variation morphologique peut être utilisée pour filtrer les données LiDAR correspondant aux objets hors sol. En augmentant progressivement la taille de la fenêtre du filtre et en utilisant des seuils de différence d’élévation, les mesures des structures hors sol sont supprimées, tandis que les données au sol sont conservées. Pour tester le filtre nous avons fait appel à la bibliothèque PCL (Point Cloud Library) qui est un outil open source pour le traitement de nuages de points. Les résultats finaux sont validés en comparant avec les résultats préalablement produits par l’entreprise

10h45 – Proposition de fonction d’accès aux données géographiques en Haïti dans le contexte des catastrophes naturelles

Étudiant: Jean-Philippe Cineas
Directeur: Stéphane Roche | codirecteur: Frédéric Hubert
Maîtrise avec mémoire


Résumé

Du fait de sa position géographique, Haïti est régulièrement menacée par les catastrophes naturelles. Durant la période 1995 à 2014, Haïti est apparue en troisième position dans le Global Climate Risk Index(CRI) dans la liste des pays les plus affectés par les aléas climatiques. La fréquence élevée de ces catastrophes en Haïti impose aux autorités de déployer des efforts pour développer un plan stratégique de gestion plus efficace de ces événements. Selon le bureau des affaires spatiales de l’ONU, pour assurer un développement durable, la disponibilité des informations spatiales à jour est nécessaire, elles aident à mieux planifier les prises de décisions. Actuellement, les infrastructures de données spatiales existantes en Haïti ne garantissent pas un accès en ligne continu et diversifié aux données géographiques. De plus le temps de récupération des données en cas de besoin de planification d’urgence lors des catastrophes naturelles est trop long. Inspiré par les initiatives d’autres pays faisant souvent face à ces genres de situations, le gouvernement de la république d’Haïti en partenariat avec l’ambassade de France met en place le projet SEAS-Haïti. Ce dernier est un projet d’infrastructure de données spatiales (IDS) qui comprend trois activités, une activité d’acquisition de données spatiales (Images satellites), une activité de traitement des données et une activité de diffusion des données. Pour bien gérer ces activités, le Projet SEAS-HAITI définit une campagne de formation des cadres, d’où l’obtention de trois bourses d’études dans les domaines d’acquisition, traitement et diffusion des données spatiales. Les volets d’acquisition et traitement des données sont couverts par deux autres collègues dans des projets complémentaires englobés par le projet SEAS-HAÏTI. L’aspect diffusion des données est donc prise en charge à travers ce projet d’étude qui vise à proposer des fonctions d’accès de manière à améliorer le processus de diffusion selon les personnes, les lieux et les outils exploités, tout en facilitant les recherches à travers la plateforme du projet SEAS-HAÏTI.

Thales Canada au prochain Lunch & Learn du CRG

ll_smallSoyez des nôtres lors du Lunch & Learn de ce mercredi 11 avril.
Où : salle multifonctionnelle (CSL-2306)
Heure : 11h30 à 12h30

La R&D en géomatique chez Thales Canada

Conférencier: Frédéric Morin
Architecte logiciel, Thales Recherche et Technologie (TRT) Canada

Thales Recherche et Technologie (TRT) est l’entité responsable de la recherche et développement au sein du groupe Thales. Le groupe Thales est une entreprise présente dans plus de 50 pays et est présent dans les domaines de l’aéronautique, de l’espace, des transports, de la sécurité et de la défense. Nous vous présenterons l’historique de TRT au Canada, sa mission, ses partenariats ainsi que ses axes de recherche.

Bienvenue à toutes et à tous !

Un colloque sur l’auscultation des ouvrages d’art lors du 86e Congrès de l’ACFAS

Invitation à participer

Regards croisés Suisse-Québec sur l’utilisation des technologies géomatiques appliquées à la surveillance précise des infrastructures et ouvrages d’art

8 mai 2018, Université du Québec à Chicoutimi
Colloque présenté dans le cadre du 86e Congrès de l’ACFAS

Le Québec et la Suisse ont en commun de compter sur leur territoire un nombre important d’ouvrages d’art, notamment à des fins de production hydroélectrique. Ces ouvrages d’art et leurs abords doivent régulièrement être contrôlés géométriquement afin de détecter d’éventuelles déformations. C’est le but de l’auscultation qui soulève des problématiques d’acquisition, de traitement, de gestion et de représentation de gros volumes de données géospatiales.

Organisé conjointement par le Département des sciences géomatiques et le Centre de recherche en géomatique de l’Université Laval ainsi que la Haute école d’ingénierie et de gestion du Canton de Vaud (Suisse), ce colloque sera l’occasion de mettre en commun l’état de l’art en Suisse et au Québec quant aux différentes techniques (photogrammétriques, lasergrammétriques, bathymétriques, GPS/GNSS, …) dans l’auscultation d’ouvrages et de milieux naturels, ainsi que des méthodes de calculs et de représentation associées.

Le 8 mai prochain, venez participer à cet échange transatlantique et découvrir les pratiques géomatiques suisses et québécoises dans le domaine de l’auscultation.

Bienvenue à toutes et à tous !

Aperçu du programme

  • De l’étalonnage d’équipements d’arpentage classiques au calibrage d’équipements modernes d’acquisition de données géospatiales

    Christian Larouche, Université Laval, Québec
    [Télécharger la présentation]

  • Compensation multi-époques du canevas d’auscultation d’un viaduc autoroutier : Méthodologie et bilan de cette méthode

    Thomas Touzé, Haute école d’ingénierie et de gestion du Canton de Vaud, Suisse
    [Télécharger la présentation]

  • Mesure des marées et des vagues à l’aide d’une bouée GNSS HydroBall®

    Benoit Crépeau-Gendron, Service hydrographique du Canada, Québec
    [Télécharger la présentation]

  • Calibration de systèmes LiDAR pour drones par la méthode Lis-PAC

    Nicolas Seube, Centre interdisciplinaire pour le développement de la cartographie des océans (CIDCO), Québec
    [Télécharger la présentation]

  • Auscultation sans réflecteur

    Bertrand Cannelle, Haute école d’ingénierie et de gestion du Canton de Vaud, Suisse
    [Télécharger la présentation]