Massé, Nathalie

nathalie.masse.2@ulaval.ca



Cycle : 3e
Directeur : Marc Gervais

Sujet : Les angles morts du cadastre du Québec


Résumé :

La recherche traite du plan du cadastre du Québec qui modifie le contexte opérationnel de positionnement des limites d’un fond. L’arpenteur-géomètre est investi de pouvoirs consacrés par l’État quant à la détermination des limites d’un fonds et il est le seul à pouvoir le faire. Reconnu comme un expert en mesurage, c’est lui qui réalise le bornage des limites de propriété. La jurisprudence a établi une distinction entre d’une part, son rôle et sa mission lorsqu’il opère en contexte de bornage et d’autre part, son rôle et sa mission lorsqu’il pose des actes professionnels unilatéraux. En contexte de bornage, la méthode visant à fixer la limite séparative entre deux immeubles est connue. La recherche présente une démarche logique pouvant guider l’arpenteur-géomètre lorsqu’il devra indiquer les limites d’un fonds lors de la réalisation d’un acte professionnel unilatéral. La méthode tient compte des présomptions légales, de la jurisprudence et de la doctrine. Elle est applicable lors de la réalisation de mandats de rénovation cadastrale et la recherche expose la relation pouvant exister entre, d’une part, la méthode proposée et, d’autre part, les présomptions légales rattachées au plan du cadastre du Québec.

Le niveau de qualité du plan du cadastre du Québec demeure une question ouverte. L’analyse effectuée au sein de la recherche a permis d’identifier sept incertitudes qui peuvent sérieusement affecter la prestation de services des arpenteurs-géomètres et par ricochet la sécurité des droits fonciers. Pour ces raisons, la recherche propose une méthode de travail qui aidera les professionnels du droit foncier à adopter un comportement prudent et diligent lorsqu’ils utilisent les données du cadastre du Québec lors de transactions immobilières ou d’opérations visant à opiner sur la position des limites d’un fonds. Les arpenteurs-géomètres sont confrontés au plan du cadastre du Québec, lequel est caractérisé par l’absence de données géométriques complètes. Il en ressort que ce problème doit être étudié de manière à mettre en œuvre une solution qui nécessitera la documentation de la position absolue des limites créées dans le cadastre du Québec.


Publications :